Développer la mobilité des agents publics

Des recommandations d’actions ont été capitalisées à partir de remontées terrain des trois versants de la fonction publique, de confrontations de points de vue d’experts, dirigeants publics et privés, DRH, responsables GPEC, conseillers mobilité/carrière, syndicats, lors de travaux et séminaire conduits par Patricia Serman, membre du CA du Cercle de la réforme de l’Etat et Présidente de Passages Professionnels.

 

Patricia Serman, Présidente de Passages Professionnels

UN RÉEL BESOIN DE MOBILITÉ ACCRUE

Le besoin du développement de la mobilité est considérable, tant pour les agents eux-mêmes, pour qui la mobilité peut être un moyen essentiel d’enrichissement de leur parcours professionnel et personnel, que pour les employeurs, pour qui elle est un moyen majeur d’enrichissement et de diversification de leurs compétences, bénéficiant ainsi d’une amélioration de la qualité du service rendu au public.

D’autant que la réduction des effectifs et l’allongement de la durée des carrières liée à la réforme des retraites rendent la mobilité, certes, plus difficile, mais aussi plus nécessaire, alors que les besoins de la population évoluent, ainsi que les conditions d’exercice de tous les métiers.

Malgré les progrès accomplis notamment depuis la loi du 3 août 2009, la mobilité se heurte encore à des obstacles importants, qu’il faut surmonter. C’est pourquoi le Cercle s’est attaché à faire ressortir des solutions pour développer la mobilité des agents, pour une fonction publique plus ouverte et plus équitable.

Autrement dit, une fonction publique ouverte dans laquelle, notamment, les conditions pour accéder à un emploi soient de moins en moins corporatistes et de plus en plus fondées sur une évaluation objective des capacités à bien l’exercer, en termes de savoirs, de savoir-faire et de savoir-être. Et donc, dans une gestion  croisée des compétences et des emplois, d’opter pour une ouverture à tous candidats, à l’intérieur de l’ensemble des fonctions publiques, sous réserve de prendre suffisamment en compte les aspirations et compétences des agents du service concerné. C’est-à-dire organisée à partir de critères explicités à l’avance de façon transparente et de possibilités de candidatures totalement ouvertes, fondée sur l’appréciation d’une commission  inter fonctions publiques. Bien entendu, une telle évolution doit s’accomplir de manière progressive et nécessite notamment des négociations approfondies avec les partenaires sociaux, mais elle est nécessaire pour le progrès de la GRH publique, et en particulier pour celui de la mobilité.

D’autre part, une fonction publique privilégiant l’efficacité et l’équité, notamment pour l’accès à l’encadrement intermédiaire et aux responsabilités supérieures, sortant de la gestion par corps et de trajectoires de carrière fixés sur la seule base de sortie de l’école… La formation continue, y compris la formation in situ, doit être intensément développée. Dans cet esprit, la mise en place, par exemple, de formations à des méthodes managériales adaptées à des environnements en changement, à de nouveaux métiers, à de nouvelles exigences sociales et économiques, une dizaine d’années après le début de carrière, et tout au long du parcours professionnel mériterait à tout le moins d’être étudiés et expérimentés. Ce pourrait être un levier important pour le progrès de la fonction publique et de sa mobilité.

Au total, le fort développement de la mobilité dont nous avons besoin ne relève pas seulement de mesures spécifiques, même si certaines d’entre elles sont indispensables, mais aussi, pour une large part, d’une évolution globale du management et de la gestion publique : plus ouverte, plus coopérative, plus stratégique, plus humaine.

Une note synthétique

Elaborée par Patricia Serman, afin de faire ressortir les propositions d’actions prioritaires à mener par les instances publiques, et est publiée en 2017 sur le site du Cercle de la réforme de l’Etat.

Un livre collectif

Du Cercle de la Réforme de l’Etat dirigé par Yves Cannac, Patricia Serman et Charles Despres (Directeur de Passages Professionnels), Eric Fritsch et Eliane Grammont en a été publié chez l'Hharmattan en 2016: Pour une fonction publique plus mobile – Recommandations et solutions pratiques

%d bloggers like this: